Connect with us

Et de 5 ! Brooklyn bat Orlando et continu d’étonner dans la « bulle »

La septième place déjà en poche, les Nets affrontent Orlando dans un match sans enjeu. C’est d’ailleurs privés de Jarrett Allen, Joe Harris , Caris Levert, Garrett Temple et Jamal Crawford que l’équipe de Jacque Vaughn débute ce match dans la bulle. Ce match, qui aurait du s’annoncer comme un match déterminant entre deux concurrent à la septième place de l’Est n’est finalement qu’une occasion pour les rôle players de se montrer et de marquer des points en vue des playoffs.

Des Nets appliqués et efficaces

C’est le Magic qui débute le mieux la rencontre avec un 6-0. Mais les Nets ne mettent que peu de temps à refaire surface portés par un Luwawu-Cabarrot en feu. Il finit d’ailleurs le quart-temps avec 17 unités et pas moins de 5 rebonds et des pourcentages très élevés (60% de loin). Néanmoins, comme on pouvait s’en douter avant la partie, l’intensité n’est pas au rendez-vous. Les deux équipes, privées de leurs stars, sont sur la réserve. Et c’est Dzanan Musa qui en profite pour faire une belle entrée et scorer 5 points consécutifs. L’équipe fait bien circuler le ballon et tout le monde en profite pour se montrer.

Dans le second acte, Brooklyn continue de dominer le Magic. Le cuir circule toujours à la perfection et les Nets concluent la première mi-temps avec 15 passes décisives. Ils captent également davantage de rebonds que leurs adversaires du soir. Surprenant quand on sait qu’une fois de plus, Rodion Kurucs a été aligné poste 5 pour s’opposer à Nikola Vucevic. Jacque Vaughn fait tourner l’effectif et TLC ne revient pas du tout sur le parquet lors de ce deuxième quart-temps. Toutefois, les joueurs qui sortent du banc font leur travail et l’avance des Nets reste importante. +17 lors du retour aux vestiaires.

Tout en maîtrise

A la reprise, les Nets ont plus de mal à retrouver de l’adresse. Beaucoup de shoots qui rentraient en début de match sont ratés mais le Magic ne parvient pas à en profiter. Les hommes de Steve Clifford ne semblent pas enclins à gagner cette rencontre et le rythme diminue considérablement. C’est le moment choisi par Tyler Johnson pour enchaîner les actions primées. Le gaucher, très intéressant depuis le début des matchs dans la bulle, semble avoir trouver son rôle et l’efficacité qui en découle. On sent également que Dzanan Musa a envie de réaliser sa meilleure performance en NBA. Il prend des responsabilités et inscrit des points importants. Même si Orlando remporte le troisième quart-temps, les Nets ont toujours 13 points d’avance à l’entame du dernier acte.

On aurait pu penser que le Magic tenterait un come-back, ne serait-ce que pour l’honneur et le prestige, mais rien de tout cela n’arrive. Le match ressemble davantage à un match d’entraînement qu’à un match de préparation aux playoffs. Musa continue de faire gonfler ses statistiques et du côté floridien, Wes Iwundu craque et assène un coup à Jeremiah Martin qui l’avait gentiment chambré l’action précédente. Les remplaçants finissent la rencontre comme elle a débutée sur un train de sénateur. La franchise new-yorkaise remporte donc ce match sur le score de 108-96, portant ainsi leur série dans la bulle à 5 victoires pour 2 défaites (4ème équipe NBA). Timothé Luwawu-Cabarrot et Jeremiah Martin finissent meilleurs marqueurs de la rencontre avec 24 points.

Tops/Flops

  • Le partage du ballon : pas moins de 26 passes décisives dans ce match pour les Nets. Aucun des 9 joueurs présents ce soir ne voulait en faire trop et cela a donné une belle prestation collective.
  • Le sérieux de bout en bout : jamais le Magic ne sera parvenu à revenir dans la rencontre. Les Nets ont maîtrisé leur sujet de A à Z et ils ont ainsi pu s’assurer une rencontre paisible.
  • L’adresse longue distance : 30.2% sur l’ensemble de la rencontre. Certes les Nets ont pris beaucoup de shoots extérieurs mais cela reste trop faible pour pouvoir rivaliser avec le champion en titre lors du premier match des playoffs 2020.

Amateur de basket depuis toujours, j'ai pu découvrir les Nets lors des NBA Finals 2003 les opposant à un certain Tony Parker. Admiratif du shoot à mi-distance de Richard Jefferson, je me suis passionné pour le show proposé chaque soir par J-Kidd et Vinsanity. Depuis, je crois plus que jamais au premier titre de l'histoire NBA des résidents du Barclays Center; et ce malgré des années de vide et de mauvais choix. Nets will shine again !