Connect with us

Brooklyn perd son Game 1 mais n’a rien lâché face au champion en titre

C’est le début des Playoffs à Orlando ! On le savait déjà depuis quelques jour mais les Nets affrontent les Toronto Raptors, champions en titre. Comme on le disait ici, gagner la série n’est pas l’objectif car quasi-impossible mais prendre un match ou deux ne serait pas de trop. Toronto et son expérience ne feront pas de cadeaux à des Nets non expérimentés en post-season. On verra bien ce que le groupe de Vaughn sera en mesure de proposer tout au long de la série !

Une mi-temps catastrophique parsemée d’éclairs

Le début de match est en demi-teinte pour Brooklyn. Si sur attaque placée l’équipe défend bien, elle a en revanche beaucoup de mal à défendre les transitions de leurs adversaires. Toronto asphyxie Brooklyn qui n’arrive pas à scorer lors des premières minutes (1/6 en 4 minutes). C’est après le 1er temps-mort de Vaughn que le ballon commence à tourner, le mouvement est plus fluide et de bons tirs sont trouvés. Brooklyn commence à trouver un début rythme, mais les Raptors profitent d’un nombre bien trop élevé de fautes des Nets pour sanctionner et mener 20-37 après 12 minutes.

Les problèmes s’accumulent pour les Nets qui s’impatientent en attaque et précipitent tout ! A défaut de scorer, LeVert tente de se faire remarquer en distribuant des passes décisives. Tout est trop dur, les tirs ne rentrent pas, la défense est trop permissive que ce soit à 3 points ou à l’intérieur. Toronto mène presque sans forcer de 30 points avant même la fin de la mi-temps. Les champions en titre ne prennent pas de haut nos Nets et c’est à mettre à leur crédit. Les hommes de Nick Nurse pilonnent leurs adversaires derrière l’arc avec réussite (47.6% à la pause). On aperçoit tout de même des prémices de « mieux » en attaque : c’est un peu dommage qu’elle se résume au drive and kick car les espaces dans la raquette sont là. A la mi-temps, Brooklyn et Toronto rentrent aux vestiaires sur un score de 51 à 73.

La fougue face au réalisme

Dans ce 3e quart-temps, Brooklyn semble plus en place. En effet, les consignes de Vaughn à la mi-temps ont été utiles puisque les Nets maintiennent un déficit de 20 points. C’est un bon début pour l’équipe qui a tant souffert en première mi-temps. En attaque, l’équipe a passé la seconde : ça drive, ça shoote avec confiance et ça se bat. Brooklyn shoote à plus de 50% sur les deuxième et troisième quart-temps. Si les Raptors étaient de vrais chiens sur le porteur, il y a désormais toujours un Net prêt à se jeter sur le ballon. Brooklyn se met à jouer comme ils l’ont fait lors des matchs de classement et cela paye enfin.

Dans un run étendu, ils scorent deux fois plus que les champions 2019 (44-20) et se permettent de revenir à moins de 10 points. LeVert et Harris montrent l’étendue de leurs panoplies offensives et mènent les Nets vers un semblant de come-back. Luwawu-Cabarrot réalise une fois de plus un super match et surnage dans une équipe en difficulté. A la fin du troisième quart-temps, tous les espoirs sont permis car les Nets ne sont qu’à 9 points des Raptors grâce à un buzzer à mi-distance de Jarrett Allen (86-95).

Dans ce dernier acte, la rentrée de Martin fait jaser. Fraîchement lancé, il est en souffrance sur chaque défense extérieure. L’attaque des Nets s’en remet aux prières de TLC mais c’est surtout Toronto qui resserre l’étau. Un peu plus fatigués que leurs adversaires, Brooklyn lâche le morceau après une rude bataille. Il n’y a finalement pas à rougir tant que ça de la prestation de ce soir. Brooklyn aura montré toute sa valeur face à des Raptors pleins de réalisme. Score final 110-134 Toronto.

Tops / Flops :

L’état d’esprit en 2e MT : complètement dominé lors des 2 premiers QT, le discours du coach à semblé porter ses fruits puisque les Nets sont revenus avec de bien meilleures intentions après la pause.

Le collectif des Nets : Brooklyn est une des équipes les plus collectives de cette reprise. Malgré un grand nombre de shoots ratés, les Nets finissent le Game 1 avec 33 passes décisives (15 pour le seul Caris LeVert). Imaginez avec un peu plus d’adresse…

Une entame de match à oublier : 2-10 pour débuter, 20-37 après 12 minutes… les Nets ont été pris par l’enjeu et n’ont pas su trouver de solution à la défense proposée par les hommes de Nick Nurse. Caris LeVert a été parfaitement défendu et ses coéquipiers n’ont pas su prendre le jeu à leur compte.

La naïveté en défense : Le vice du champion titre dans ce match nous a fait bondir… Mais en y regardant de plus près, ce sont surtout les Nets qui en ont manqué. 29 fautes sur le match (7 de plus que les Raptors) et 33 lancers offerts à Toronto qui n’a pas manqué de nous le faire payer (32/33 – 97% de réussite). Il va falloir faire moins de fautes pour espérer gagner un match.

Fan de Brooklyn grâce ou à cause du Billy King trade, je n'ai pas connu l'époque New Jersey car j'étais trop jeune. Spencer Dinwiddie est un GOAT incontestable et incontesté.